Keep hope (Nathalie Bernard et Frédéric Portalet)

Keep hope (Nathalie Bernard et Frédéric Portalet)

Résumé de l’éditeur

Deux ans que Valérie Lavigne a quitté son poste au sein de la police de Montréal. Trop de pression, trop de souvenirs douloureux. Jusqu’à ce qu’un soir, à une station-service, elle croise le regard d’une jeune fille. Un regard qu’elle est persuadée d’avoir déjà croisé quelque part. Et si ce regard était celui d’un de ces avis de disparition qu’elle étudiait sans relâche dans son ancienne vie ? Après Sept jours pour survivre, Nathalie Bernard revient avec une nouvelle aventure pour le duo d’enquêteurs québécois.

Mon avis

Nathalie Bernard nous plonge ici dans un thriller haletant où on retrouve le duo de détectives avec qui on a fait connaissance dans Sept jours pour survivre : Gautier Saint-James et Valérie Lavigne. C’est une suite qui peut être lue indépendamment, mais qui fait de nombreux clins d’œil à leur première enquête tout de même.

Au début, on retrouve Valérie deux ans après, installée dans une petite maison, bien décidée à oublier son passé de détective, ses enquêtes sur les disparitions d’enfants et son obsession de les retrouver. Valérie s’est retirée de la ville et d’une certaine manière de la vie aussi pour une question de survie. Désormais serveuse, elle s’occupe de son jardin et parle à son chat, tout en repoussant gentiment les avances de Ben, son patron.

Mais un soir, elle croise dans une station-service le regard d’une jeune Indienne dans une voiture. Son sang ne fait qu’un tour, Valérie, avec son excellente mémoire photographique, est certaine d’avoir déjà vu ses yeux quelque part dans un dossier de disparition d’enfants il y a quelques années. Le livre devient véritablement prenant et accrocheur à cet instant, car Valérie reprend du service et pour l’aider, elle recontacte son ancien coéquipier Gautier pour entamer une nouvelle enquête en stoemeling qui les entraînera sur les traces d’une jeune fille et de sa famille.

Parallèlement à cette enquête, nous suivons en alternance le quotidien de Hope, une jeune adolescente de quatorze ans qui sillonne le Canada avec son père en voiture. Celui-ci est chargé d’inspecter les forêts et ne reste que deux ou trois jours dans chaque ville. Mais la jeune fille aimerait bien être une ado comme les autres, avoir des amis, aller à l’école, sortir et enfin se poser quelque part. Lorsqu’elle rencontre Louis dans la rue, elle n’a qu’une envie : le revoir. Mais ce n’est pas de l’avis de son père qui fait tout pour l’empêcher d’être en contact avec quelqu’un. Hope commence alors à douter de lui, de ses intentions, et va se mettre à fouiller dans son passé…

Les deux histoires vont se rejoindre très vite et l’enquête prend des allures de roman policier. C’est bien écrit, le rythme est haletant, empli d’actions, de tensions jusqu’à la fin. À la base, je ne suis pas vraiment fan de thrillers, mais j’ai bien aimé celui-ci. L’écriture emporte le lecteur, il est difficile de lâcher le livre sans connaître la fin. C’est une histoire qui nous donne une seule envie : connaître la vérité.

Le +

– Le roman est bien écrit, rythmé et efficace. C’est un bon thriller!

– J’ai bien aimé voir se renouer à tâtons l’ancienne relation professionnelle entre Valérie et Gautier. La confiance et l’instinct sont toujours là, mais chacun a changé et doit ré-apprivoiser l’autre.

Le –

– Il n’y a pas de surprise : on retrouve les éléments classiques du roman policier (intuition, observation, action, suspense grandissant).

Le coin des profs

Le roman ne présente aucune difficulté de lecture et offre un bon moment pour se changer les idées.

Niveau de lecture

Débutant

Genre

Roman policier et thriller

Mots clés

Décès, disparition, drame, enquête policière, famille, obsession, solitude

Vous aimerez ce récit si vous avez aimé…

Sept jours pour survivre, Nathalie Bernard

Infos pratiques

– À partir de 13 ans

– Thierry Magnier

– 288p.

– 14,80€

Partager sur vos réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.