Rumeur (Thomas Lavachery)

Rumeur (Thomas Lavachery)

Résumé de l’éditeur

« Voilà Tarir, le mangeur de capincho ! » Tarir a reçu l’insulte comme un coup de pied dans le ventre. Chez les Indiens Zapiro, le capincho est un animal honni, un pleutre qui pleure au moindre danger. Personne ne doit le manger sous peine d’attirer l’opprobre sur sa famille ou sur son clan.

N’importe quel Zapiro traité de cette manière aurait donc riposté. Mais pas Tarir, le timide, qui n’a rien trouvé à dire. Depuis, la rumeur a circulé, la calomnie s’est installée, Tarir est devenu un paria parmi les siens. S’il ne veut pas mourir d’une flèche dans le dos, il doit partir. Mais où ? Vers la forêt du Pays mort qui abrite les exclus ? Vers Los Blancos, la ville où les Indiens ne sont pas les bienvenus ? Le destin de Tarir le mangeur de capincho est en marche…

Mon avis

Thomas Lavachery nous donne ici à lire un très court roman qui retrace l’histoire d’un héros victime d’une rumeur. Trop timide pour se défendre, il est contraint de quitter son village, sa femme et sa famille afin de se protéger. Dans un premier temps, il va se réfugier dans la forêt du Pays mort, où il apprend à vivre seul et à subvenir à ses besoins. Ensuite, il ira dans la ville Los Blancos, où il n’est pas le bienvenu, mais où il trouvera la protection d’un homme de pouvoir. Là-bas, il apprendra à lire et recommencera une nouvelle vie.

Le récit montre l’effet dévastateur que peut avoir une rumeur dans la vie de quelqu’un. L’auteur nous donne à lire un roman initiatique parfois surprenant avec beaucoup de liens à faire avec notre société sur des sujets qui touchent énormément les adolescents (le harcèlement, le racisme, l’importance du regard des autres, l’ascension sociale, la timidité…). On suit la quête du héros, ses errances, pour accomplir le chemin personnel qui lui paraît le plus juste, plongé dans une Amazonie fictive, mais bien documentée, qui constitue un personnage à part entière dans l’histoire. Le style de Thomas Lavachery est très travaillé, c’était un plaisir de suivre dans les aventures de son héros !

Le +

– C’est un récit court mais agréable à lire.

– Le livre est illustré de dessins personnels de l’auteur qui embellissent l’objet livre et donnent l’ambiance dans laquelle évolue le héros.

Le –

On s’attache peu au héros car il n’est pas assez caractérisé. Le plus intéressant, ce sont les aventures qui parcourent son chemin.

Le coin des profs

Le récit est assez dépaysant et permet de passer un bon moment de lecture. Il fait prendre conscience combien une rumeur peut changer une vie et cela peut faire écho chez beaucoup de jeunes lecteurs.

Niveau de lecture

Débutant

Genre

Roman d’aventures et d’initiation

Mots clés

Ascension sociale, différence, exclusion, harcèlement, racisme, résilience, rumeur, timidité

Vous aimerez ce récit si vous avez aimé…

Le vieux qui lisait des romans d’amour, Luis Sepulveda (pour l’Amazonie – niveau intermédiaire)

Dans de beaux draps, Marie Colot (pour le harcèlement)

Infos pratiques

– À partir de 13 ans

– L’école des loisirs

– 124p.

– 12,50€

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *