Les derniers battements du cœur (Kelley York et Rowan Altwood)

Les derniers battements du cœur (Kelley York et Rowan Altwood)

Résumé de l’éditeur

Selon une légende japonaise, plier 1000 origamis peut soigner n’importe quelle maladie. Si cela pouvait guérir Luc, Evelyn serait prête à en faire des millions… Quand Luc avait 16 ans, une inconnue lui a sauvé la vie : on lui a transplanté son cœur. Trois ans après, son corps rejette la greffe. Lassé des hôpitaux et des traitements, Luc se résigne à faire ses adieux. Pour cela, il s’organise un roadtrip à travers l’Oregon, où l’euthanasie est légale. Mais sa meilleure amie, Evelyn, se joint au voyage et réveille en lui des sentiments enfouis. Sa présence suffira-t-elle à lui redonner l’envie de se battre ?

Mon avis

Evelyn et Luc ont été amis pendant plusieurs années. Ils se sont perdus de vue pendant 3 ans à cause du déménagement d’Evelyne avec sa mère et son nouveau beau-père. Lorsque cette dernière a rompu, elle revient vivre chez sa propre mère, non loin du quartier de Luc.

Durant les 3 années où ils ont été séparés, Evelyn a tenté de garder le contact avec Luc, mais il a de moins en moins répondu à ses messages, jusqu’à ne plus donner de nouvelles. Evelyn n’a jamais compris les raisons de cet éloignement et elle décide de reprendre contact avec lui lorsqu’elle revient dans le village de son enfance. Un peu mal à l’aise à l’idée de la réaction de Luc, elle manifeste sa présence avec un code rien qu’à eux : elle dépose sur le paillasson de l’entrée de sa maison une grue en origami. Lorsqu’ils étaient amis, elle savait qu’il était malade, mais elle ne connaissait pas les détails de sa maladie. Quand elle est partie, Luc a subi une greffe de cœur et ne lui a pas expliqué toutes les épreuves qu’il a traversées durant son absence.

Lorsque Luc découvre l’origami d’Evelyn, il comprend tout de suite qu’elle est de retour, mais il ne sait pas quoi faire. De son côté, il vient d’apprendre que son cœur fait un rejet chronique de la greffe et qu’il va devoir en subir une deuxième, sans garantie. Il vient de décider qu’il ne veut plus revivre cette horreur et qu’il va aller, sans prévenir ses parents, en Oregon où l’euthanasie est légale.

Luc et Eveyn se retrouvent et tentent de s’apprivoiser à nouveau, malgré leurs non-dits et leurs incompréhensions et quand Luc lui propose d’aller en Oregon avec lui sans lui spécifier la raison, Evelyn n’hésite pas un instant, car elle ne veut pas retourner vivre avec son beau-père (sa mère est en train de se réconcilier avec lui). Elle sent qu’elle doit faire ce voyage avec lui ; peu importe s’il ne lui dit pas tout ; elle non plus de toute façon.

L’essentiel de l’histoire retrace les étapes du voyage où Luc et Evelyn taisent les événements douloureux pour ne pas les rendre trop réels. Ils vivent chaque instant intensément et oublient leurs soucis, même s’ils ne sont jamais loin.

Les 2 héros ont un caractère bien différent. Luc est caustique, il possède un humour noir qui l’aide à dédramatiser son vécu. Il veut juste être normal et éviter qu’on le considère comme malade. Il a blindé son cœur pour éviter à qui que ce soit de s’attacher à lui car il ne veut faire souffrir personne. Plus que tout, il ne veut pas lire de pitié dans les yeux des personnes qui le connaissent. De son côté, Evelyn est un personnage aussi très touchant, sa mère cherche l’amour dans des mauvais bras, elle collectionne les petits amis, Evelyn fait tout le contraire de sa mère, qui ne voit pas quand elle souffre. Evelyn prend bien soin de lui cacher, elle aussi veut épargner celle qu’elle aime, même si elle a très peur de ce possible retour en Arizona. Ce road trip lui permet d’échapper à ce départ imminent au moins pour quelque temps.

Ce que j’ai aimé dans l’histoire, c’est que dès le début on se doute clairement de ce qui va se passer. On appréhende alors la fin et on se demande la façon dont les auteurs vont la traiter et dont les personnages vont la vivre. Personnellement, je n’ai pas eu d’espoir, mais ça me paraissait logique : les auteurs s’en tiennent à la réalité des choses et de la maladie. On suit un morceau de récit de vie, qui est difficile et vraiment bien abordé dans un roman young adult. Je salue le travail des auteurs pour avoir traité du thème de l’euthanasie, qui n’est pas souvent abordé dans les romans pour la jeunesse.

Le +

– Le délicat sujet de l’euthanasie est traité avec beaucoup de pudeur et sans jugement.

– Au fur et à mesure que l’on avance dans le road trip, la relation entre Luc et Evelyne devient plus forte. À la fin, ils vont faire un choix un peu surprenant pour se protéger l’un l’autre. C’est assez touchant, même si on sent leur naïveté.

Le –

La révélation du secret de Luc est assez tardive et je trouve que l’histoire en est rendue plus pesante. Dommage…

Le coin des profs

Le roman ne présente aucune difficulté de lecture et ne doit pas rebuter avec son grand nombre de pages, qui se lisent avec fluidité. Ce n’est pas de la grande littérature, mais le récit a le mérite d’aborder un thème délicat : l’euthanasie et la volonté de mourir dans la dignité.

Mots clés

Amitié, amour, euthanasie, famille, greffe, maladie, solitude, mort

Vous aimerez ce récit si vous avez aimé…

Nos étoiles contraires, John Green

Infos pratiques

– À partir de 15 ans

– Pocket jeunesse

– 329p.

– 17,50€

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *