Diabolo fraise (Sabrina Bensalah)

Diabolo fraise (Sabrina Bensalah)

Résumé de l’éditeur

Elles sont quatre sœurs, âgées de 11 à 17 ans. Antonia, l’aînée, découvre qu’elle est enceinte. Difficile réalité qu’il faut annoncer à Farès, son petit ami. Marieke, elle, sent son ventre papillonner. Elle rencontre Basile, flirte, explore le plaisir de l’amour… Jolène est un cas à part. Son Graal, son rêve : avoir enfin ses premières règles, celles qui la feront femme «comme les autres» ! Quant à Judy, la benjamine, elle louvoie parmi ses frangines et trouve en sa famille un refuge… qui lui sera d’un grand secours pour son entrée chaotique en sixième.

Mon avis

Quand j’ai vu la couverture, je n’ai pas du tout eu envie de me plonger dans le récit car j’avais l’impression que j’allais être plongée dans un univers « cul cul la praline » rempli de guimauve. En réalité, il n’en est rien et je ne regrette vraiment pas d’être allée au-delà de mon impression négative. Je vous explique…

On débarque dans la vie agitée des quatre sœurs Martin au début des vacances d’été, entourées d’un père affectueux et d’une mère très occupée par son travail d’assistante sociale. On découvre l’univers des sœurs qui se jouent souvent des vilains tours pour se venger, mais qui se font des câlins quand ça ne va pas. On découvre les problèmes de chacune : entre l’aînée, Antonia, qui apprend qu’elle est enceinte et se décide à garder le bébé ; Marieke, la 2e, une jolie pin-up qui découvre la sexualité et est un peu déçue ; Jolène qui, à 15 ans, a déjà lu tout le dictionnaire, cache son corps anguleux et attend désespérément ses 1ères règles ; et Judy, la petite dernière qui entre au collège et se fait harceler par un garçon de sa classe sans oser en parler ; vous l’aurez compris, on n’a pas le temps de s’ennuyer !

« Hé, les filles ! murmure t-elle. À votre avis, ça a le goût de quoi, le bonheur?

Trois paires d’yeux se tournent vers elle. Réflexion.

— De barbe à papa ? improvise Antonia en posant le magazine sur ses genoux.

— De chiotte ! lâche Jolène, pas joueuse.

— Et toi Judy ? Tu dirais quoi ?

— Vous vous moquez pas de moi, hein ?

— Quelle idée ! répond Marieke.

— Je dirais que le bonheur a le goût des quenelles de Papa.

— Et s’il était une couleur ?

— Couleur de peau, répond Antonia sans hésiter.

— Couleur page blanche, propose Jolène. Le bonheur, c’est peut-être quand tout reste à écrire?

— Le marron des yeux de Maman.

— Et si c’était un bruit ? rebondit Marieke.

— Un premier cri, murmure Antonia.

— Les pages d’un livre qui se tournent.

— Vos rires et le mien, ensemble.

— Et un mot ?

— Farès.

— Cogito…

— Sœurs. »

Sous une ambiance joyeuse et légère, l’autrice aborde avec des mots vrais la réalité des préoccupations des adolescentes, mais aussi d’une fratrie. De nombreux thèmes sont abordés, esquissés ici et là, approfondis parfois. Les doutes, joies et fragilités des sœurs sont décrits avec beaucoup de tendresse et parfois de poésie, même si le franc parler des héroïnes tient le haut du pavé.

« Vous ne vous êtes jamais dit que vos belles formes pouvaient me complexer ? Que je préfère cacher mon corps sous des vêtements larges, parce que, comme ça, j’oublie un peu que je ne m’aime pas ?! Enfin… pas complètement. Je m’aime bien, mais je suis trop plate, trop maigre, mal foutue. Y a pas que les grosses qui souffrent de leur corps. Comment s’accepter quand t’as rien à accepter, sinon une silhouette osseuse ? »

Sabrina Bansalah réussit à évoquer les différentes étapes de la vie d’une adolescente sans entrer dans la caricature. Elle évoque sans tabou la sexualité, le plaisir, l’éveil des sens, les règles et même les fuites urinaires ! Tout est abordé sans détour et qu’est-ce que ça fait du bien ! Elle montre la vie sans fard, telle qu’elle est, avec toutes ces petites choses inavouables et embarrassantes dont on n’ose pas toujours parler. Par exemple, lorsqu’elle raconte l’arrivée des premières règles de Jolène, c’est assez jubilatoire car elle arrive à mêler une réalité un peu honteuse avec dérision et légèreté. J’ai vraiment passé un bon moment de lecture !

Le +

  • J’ai trouvé vraiment intéressant que l’autrice aborde de manière décomplexée l’exploration de la féminité et de la sexualité chez les filles.
  • J’ai bien aimé le joyeux bordel de la systémique familiale : rien n’est parfait, ça part parfois en vrille (il y a des tensions et des rivalités comme dans toute fratrie), mais ça se résout toujours.
  • Les quatre sœurs ont des caractères bien différents, on se retrouve un peu dans chacune d’elles et c’est intéressant de voir qu’elles nous emmènent chacune dans des directions différentes.

Le –

  • Comme je l’ai dit, je trouve la couverture un peu enfantine et je trouve qu’elle ne reflète pas la richesse du roman, même si le dessin et le titre sont un clin d’œil par rapport à l’histoire.
  • J’ai souvent eu l’impression de sentir la voix de l’adulte qui parlait à la place des adolescentes, c’est un peu dommage.

Le coin des profs

Le roman est facile à lire et aborde sans tabou la féminité et la sexualité. Il y a quelques scènes de sexe explicites qui ne m’ont pas posé de problème car elles étaient justes, mais elles pourraient choquer des parents et/ ou profs pudibonds.

Niveau de lecture

Débutant

Récit réaliste

Récit réaliste

Mots clés

Amitié, amour, bêtises, famille, féminité, harcèlement, règles, sexualité, sœurs

Vous aimerez ce récit si vous avez aimé…

Oh, boy !, Marie-Aude Murail

Infos pratiques

  • À partir de 15 ans
  • Sarbacane
  • 275p.
  • 16€
Partager sur vos réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *