Les jours rouges (Ben Arès)

Les jours rouges (Ben Arès)

Avec Les jours rouges, Ben Arès nous plonge dans un recueil de nouvelles dévoilant la vie quotidienne de Madagascar, un pays où règne la sécheresse qui tape sur les cases en tôle de trois mètres sur trois. Un pays où nous découvrons la pauvreté des autochtones aux « petits métiers ou sans métier ». Un pays où les étrangers sont à la fois vénérés et méprisés, mais aussi victimes de préjugés. C’est qu’ils ont pu se payer un billet d’avion pour venir d’Europe ; ils sont donc considérés comme riches, des « pompes à fric » ou des maris potentiels, c’est selon.

C’est à travers des événements banals comme un mariage, une naissance ou la maladie d’un enfant que nous découvrons les coutumes locales d’un pays très imprégné de croyances.

[I]ci l’on croit que la maladie est une histoire de malédiction, de jet de sort et non de médecine. La croyance populaire pense ou suppose que celui qui brille par son absence au chevet d’un malade est peut-être le responsable, le jeteur de sort en personne […] le problème était que la plupart des gens venus de la brousse pensent que si la médecine ne soigne pas quelqu’un dans les vingt-quatre heures, c’est qu’il faut avoir recours à d’autres méthodes, aux idoles, à la magie.

Le lecteur qui ne connaît pas le fonctionnement du pays découvre avec stupéfaction le flou artistique qui règne là-bas, dans la gestion des litiges ou dans le paiement des charges des maisons.

Pour lire la suite: https://le-carnet-et-les-instants.net/2018/08/31/ares-les-jours-rouges/

Partager sur vos réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *