L’aube sera grandiose (Anne-Laure Bondoux)

L’aube sera grandiose (Anne-Laure Bondoux)

Résumé de l’éditeur

Ce soir, Nine, seize ans, n’ira pas à la fête de son lycée. Titania, sa mère, en a décidé autrement. Elle embarque sa fille vers une destination inconnue, une cabane isolée, au bord d’un lac. Il est temps pour elle de lui révéler l’existence d’un passé soigneusement caché. Commence alors une nuit entière de révélations… Qui sont Octo, Orion et Rose-Aimé ? À qui appartient cette mystérieuse cabane ? Et ce vélo rouge, posé sous l’escalier ? Au fil d’un récit souvent drôle, parfois tragique et bouleversant, Nine découvre un étonnant roman familial. Quand l’aube se lèvera sur le lac, plus rien ne sera comme avant.

Une épopée familiale haletante et jubilatoire, par l’auteur des « Larmes de l’assassin » et de « Tant que nous sommes vivants ».

PRIX VENDREDI 2017 (premier prix national de littérature ado).

GRAND PRIX DES LECTEURS DE LA PEEP 2018.

PRIX VIVEMENT VENDREDI 2018 (prix du Club Ado de la librairie Vivement Dimanche, à Lyon).

 

Mon avis

J’ai eu un beau coup de cœur pour ce roman ! Je vous explique…

Alors qu’elle devait aller à LA soirée de l’année, Nine est en colère. Quasiment kidnappée par sa mère en sortant du lycée pour se rendre dans une cabane perdue au fin fond d’une forêt et totalement inconnue de la jeune fille, celle-ci va devoir faire un trait sur ses plans de départ. Titania, sa mère, une célèbre auteure de polars, a décidé que c’était ce soir qu’elle lui révélerait toute la vérité sur son passé caché et la nuit sera à peine suffisante pour tout expliquer.

Nous suivons ainsi Titania et Nine pendant cette nuit de révélations. Nous découvrons l’histoire de la grand-mère de Nine, Rose-Aimée, une femme un brin fantasque qui a eu 3 enfants : Consolata (la mère de Nine), Octo et Orion (dont Nine n’a jamais entendu parler). Ces 3 frères et sœur ont eu une vie chaotique, brinqueballés de beau-père en beau-père, d’autant plus qu’ils ne connaissent pas l’identité de leur vrai père.

Les flash-backs de la vie de la mère sont entrecoupés de courts chapitres expliquant les réactions de Nine. On a réellement l’impression d’être à côté des deux femmes et de comprendre les réactions de Nine car nous découvrons en même temps qu’elle un lourd secret familial.

Titania est une bonne conteuse, elle sait nous tenir en haleine. On comprend la frustration de Nine, car on souhaite que Titania avance plus rapidement sur certaines péripéties pour arriver au plus vite à la révélation. Mais Titania prend son temps et nous permet de découvrir des personnages complexes et particulièrement attachants. On découvre l’intrigue petit à petit, comme dans un roman policier ; l’histoire est assez prenante, il est difficile de lâcher le livre car on veut connaître le fin mot de l’histoire.

L’aube sera grandiose est une fresque familiale très bien écrite, remplie d’émotions, de poésie et de nostalgie. Elle nous dévoile la complexité des liens familiaux et nous rappelle que chacun fait ce qu’il peut avec son héritage transgénérationnel. En écoutant les aventures tantôt tragiques, tantôt cocasses de sa mère et sa famille, Nine comprend mieux le fonctionnement de sa mère, mais aussi le sien. C’est comme un roman d’apprentissage qui aurait lieu en l’espace d’une nuit.

« Un air léger flotte sur la terrasse. Les crapauds et les grenouilles se sont endormis, un oiseau chante, l’eau du lac est lisse comme un miroir, et il n’y a plus un seul clapotis. Tout semble fragile et transparent. […] Titania lève le bras pour désigner un point près de la rive, mais au même moment il se produit comme une étincelle à l’horizon. On dirait que quelqu’un craque une allumette ; les sapins s’embrasent, le lac s’illumine, l’orbe incandescent du soleil apparaît. Éblouies, Nine et Titania ferment les yeux. Un bruissement d’ailes froisse le silence, un souffle vient rider la surface de l’eau, et elles reçoivent sur leurs visages épuisés le baiser déjà chaud de cette journée d’été qui commence. […]

– Tu avais raison, dit-elle. J’ai vraiment cru que le jour n’allait jamais revenir.

– Mais tu vois, il est revenu ! lance joyeusement Titania depuis la cuisine.

– Oui, murmure Nine pour elle-même. Et l’aube est grandiose. »

L’aube sera grandiose est dans la sélection pour le prix Farniente 2019. Affaire à suivre !

 

Le +

  • Le récit est rempli d’humanité à travers des personnages très touchants et très justes.
  • L’histoire de la famille de Titania est atypique, mais c’est intéressant de se dire qu’au fond, il n’existe pas vraiment d’histoire de famille « normale ».
  • Malgré la douloureuse histoire racontée, le texte est lumineux et rempli d’espoir, avec quelques passages de drôle franchise (« De mon temps, quand tu te mariais, c’était pour la vie. Et si ça ne te plaisait plus, eh ben, tant pis. Tu rongeais ton frein en attendant que l’autre veuille bien calancher pour profiter un peu de ton veuvage ! »).

 

Le –

  • Parfois, les arrêts dans le récit de l’histoire de Titania pour décrire les réactions agacées de Nine cassent un peu le suspense.

 

Le coin des profs

  • Le récit est intéressant pour aborder avec les élèves les secrets de famille et pour débattre sur la question de parler ou se taire pour protéger sa famille.

 

Mots clés

Famille, relation mère-fille, secret de famille

 

Vous aimerez ce récit si vous avez aimé…

« Toute la beauté du monde n’a pas disparu » de Danielle Younge-Ullman

 

Infos pratiques

  • À partir de 13 ans
  • Gallimard jeunesse
  • 200p.
  • 14,90€
Partager sur vos réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.