L’Ickabog (J. K. Rowling)

L’Ickabog (J. K. Rowling)

Résumé de l’éditeur

Haut comme deux chevaux. Des boules de feu étincelantes à la place des yeux. De longues griffes acérées telles des lames. L’Ickabog arrive… La Cornucopia était un petit royaume heureux. On n’y manquait de rien, le roi portait la plus élégante des moustaches, et le pays était célèbre pour ses mets délicieux : Délice-des-Ducs ou Nacelles-de-Fées, nul ne pouvait goûter ses gâteaux divins sans pleurer de joie ! Mais dans tout le royaume, un monstre rôde : selon la légende, l’Ickabog habitait les Marécages brumeux et froids du nord du pays. On disait de cette créature qu’elle avait de formidables pouvoirs et sortait la nuit pour dévorer les moutons comme les enfants. Des histoires pour les petits et les naïfs ? Parfois, les mythes prennent vie de façon étonnante… Alors, si vous êtes courageux et voulez connaître la vérité, ouvrez ce livre, suivez deux jeunes héros déterminés et perspicaces dans une folle aventure qui changera pour toujours le sort de la Cornucopia.

Mon avis

Avant de commencer cette chronique, je pense qu’il est important de mentionner la pression immense pour J.K. Rowling après le succès obtenu par la saga Harry Potter. Personnellement, j’ai acheté le récit avec une attente assez exigeante pour le récit, j’ai été un peu déçue, mais je pense que le roman mérite quand même que l’on en parle. Je vous explique pourquoi…

Dans ce récit, J.K Rowling s’adresse clairement à un lectorat beaucoup plus jeune que celui de sa célèbre saga. Il s’agit selon moi d’un conte à lire aux enfants avant d’aller dormir et c’est d’ailleurs comme ça qu’elle a créé cette histoire : en la racontant chaque soir à ses propres enfants. On y retrouve les recettes classiques du conte : un royaume heureux, Cornucopia, dans une contrée lointaine et inconnue où les sujets s’épanouissent jusqu’à ce que l’arrivée d’un grand malheur (qui prend la forme d’un monstre) vienne gripper les mécanismes bien huilés du royaume. Il appartiendra alors à quelques personnages courageux de faire preuve de sacrifices et d’héroïsme pour rétablir l’ordre.

Le royaume de Cornucopia est dirigé par le roi Fred-Sans-Effroi, un monarque très apprécié, jusqu’au jour où un berger venu du Nord du pays, là où la terre est infertile et brumeuse, vient annoncer que l’Ickabog, un monstre de légendes destiné à faire peur aux enfants, est bel et bien réel et qu’il s’en prend aux hommes… À dater de ce jour funeste, plus rien n’est jamais pareil en Cornucopia : des soldats partent en guerre, le fils d’une pâtissière se fâche avec la fille d’une couturière, un menuisier devient presque fou, les orphelins et les meurtres essaiment tandis que plane, comme une perpétuelle menace, l’ombre noire du monstre sanguinaire. Il faudra tout le courage d’une poignée de sujets du roi Fred pour ramener la paix dans le petit royaume.

Comme vous pouvez le constater, le contenu du récit en soi est très classique et très peu original, mais là où il devient intéressant, c’est qu’il s’agit aussi d’une très belle satire politique sur les abus de pouvoir, les mensonges d’état, la terreur et la corruption entraînés par un régime autoritaire sinon totalitaire qui amène à réfléchir et à s’interroger.

« Le jour des Requêtes était un événement spécial, qui se tenait une fois par an, où le roi accordait une audience à ses sujets. Naturellement, les gens étaient soigneusement passés au crible par ses conseillers avant de recevoir la permission de le rencontrer. Fred ne s’occupait jamais de gros problèmes. Il voyait seulement des gens dont les soucis pouvaient se résoudre avec quelques pièces d’or et quelques mots gentils : un fermier à la charrue cassée, par exemple, ou une vieille dame dont le chat était mort. Fred avait hâte que le jour des Requêtes arrive. C’était l’occasion d’arborer ses tenues les plus chics, et il trouvait très émouvant de voir à quel point les petites gens de Cornucopia l’aimaient. »

L’Ickabog est un récit distrayant à lire aux petits avant de s’endormir.

Le +

  • Le style de J. K Rowling est toujours aussi fluide et agréable à lire.
  • La couverture du récit est très belle et donne envie de lire l’histoire.
  • J’ai bien aimé découvrir la vraie personnalité de l’Ickabog.

Le –

  • Les personnages du récit sont assez manichéens, mais ce n’est pas très étonnant dans un conte.
  • L’imaginaire débordant que l’on retrouve dans la saga Harry Potter est passé à la trappe dans ce récit, on reste un peu sur notre faim.
  • Certains passages ne sont pas utiles et quelques longueurs auraient pu être évitées (on sent que l’autrice a inventé cette histoire soir après soir).

Le coin des profs

Le récit ne présente pas de difficulté de lecture et offre une porte d’entrée intéressante pour faire une lecture à voix haute en classe et aborder la corruption des politiciens.

Niveau de lecture

Débutant

Genre

Conte

Mots clés

Abus de pouvoir, corruption, marécages, mensonges, meurtres, monstre, pauvres >< riches, politique, préjugés, prison, royaume, terreur

Vous aimerez ce récit si vous avez aimé…

La saga Harry Potter, J. K. Rowling

Infos pratiques

  • À partir de 13 ans
  • Gallimard jeunesse
  • 430p.
  • 20€
Partager sur vos réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *