Journal d’un amnésique (Nathalie Somers)

Journal d’un amnésique (Nathalie Somers)

Résumé de l’éditeur

À 15 ans, le quotidien de Romain se transforme en film catastrophe. Il est incapable de reconnaître ses parents ni même son reflet dans une glace… Le voilà amnésique, au secours ! Il décide de compiler chaque épisode de sa nouvelle vie dans un journal et de se lancer dans une (en)quête d’identité. Entre ses parents cachottiers, l’éblouissante Morgane, l’énigmatique Adeline, le populaire Elias et sa bande calamiteuse, il est vite perdu… Perdu mais pas fichu, car l’un ou l’une d’entre eux pourrait bien l’aider d’une manière inattendue… Et si ce nouveau départ lui permettait enfin de vivre sa vie ?

Mon avis

Romain a été retrouvé allongé sans connaissance dans un couloir du lycée, son compte bancaire a été totalement vidé et son portable reste introuvable. Mais ce n’est pas tout : il est amnésique et ne reconnaît même pas ses parents. Il commence à tenir un journal sur les conseils du médecin qui l’a examiné aux urgences afin de décrire ce qu’il ressent et tenter de retrouver des souvenirs.

Ses parents, notamment son père, ne le croient pas et pensent qu’il simule pour échapper à la réalité ou manipuler son entourage. Romain est toutefois réellement amnésique, avec toute l’anxiété que cet état engendre, et il a recours à la phrase magique : « Céledocteurkiladi » pour tenter de se retrouver. Étant donné qu’il ne reconnaît pas ses parents, il décide de les appeler par leur prénom, ce qui en dit long sur les relations dans la maison. Il a en effet un père autoritaire, intransigeant, et une mère effacée qui lui cuisine du quinoa, du tofu et lui prépare des galettes de riz… La maison reluit de sol au plafond, la chaîne hi-fi est la propriété exclusive du père et cerise sur le gâteau, on entre dans sa chambre comme dans un moulin, il n’a aucune intimité. Par ailleurs, il voit qu’on a enlevé des objets dans sa chambre et qu’on lui cache certains éléments de son passé.

Lorsqu’il a récupéré de sa chute, il doit affronter le retour au lycée, où il ne reconnaît personne, ni ses amis, ni ses ennemis. À qui peut-il faire confiance ? Ce roman explore, on l’aura deviné, le harcèlement à l’école, car on comprend très vite que l’amnésie permet à Romain de fuir une réalité. Romain sympathise avec Adeline, surnommée « la grosse vache », et est subjugué par Morgane, une belle adolescente avec laquelle il est persuadé d’avoir entretenu une relation privilégiée avant. Il se rapproche du meneur du lycée, Elias et de ses acolytes, car il veut se faire des amis à tout prix.

À travers cette histoire, l’auteure explore la différence, le piège des réseaux sociaux, les vidéos qu’on y poste, les « amis » virtuels et le chantage. On y voit le terrain sur lequel se greffe et prospère le harcèlement : un ado peu sûr de lui qui a été élevé de façon stricte, auquel on a toujours demandé d’être parfait en tout et à travers lequel les parents tentent de vivre la vie qu’ils n’ont pas pu vivre. Cela a donné un garçon qui ne s’est jamais révolté, s’est isolé et constitue de facto une proie facile.

Journal d’un amnésique est un roman intéressant surtout pour les thèmes abordés.

Le +

J’ai bien aimé le thème de la brillante carrière d’un ado vécue par procuration par les parents. C’est un sujet encore un peu tabou dont il faut parler car il pèse lourd sur les épaules des jeunes.

Le –

J’ai deviné très vite qui était à l’origine du harcèlement, donc le suspense n’était pas très présent.

Le coin des profs

Le roman ne présente aucune difficulté de lecture et est une bonne porte d’entrée pour aborder le harcèlement scolaire.

Niveau de lecture

Débutant

Genre

Récit réaliste

Mots clés

Amnésie, apparences, harcèlement scolaire, pression des parents, réseaux sociaux, tromperie

Vous aimerez ce récit si vous avez aimé…

Dans de beaux draps, Marie Colot

Infos pratiques

  • À partir de 13 ans
  • Didier jeunesse
  • 190p.
  • 16,30€
Partager sur vos réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *