La double vie de Cassiel Roadnight (Jenny Valentine)

La double vie de Cassiel Roadnight (Jenny Valentine)

Résumé de l’éditeur

Chap n’a pas cherché à se faire passer pour un autre, il a simplement laissé faire… Dans ce foyer d’urgence pour jeunes paumés où il refusait obstinément de donner son nom, les gens du centre sont venus le voir avec une photo, celle d’un ado porté disparu qui lui ressemblait comme deux gouttes d’eau. Chap a fini par dire ce que les autres attendaient, que c’était bien lui Cassiel Roadnight ! Et puis tout s’est enchaîné, la sœur de Cassiel est venue le chercher pour le ramener chez lui, dans sa maison, où l’attendaient sa mère et son grand frère. Chap n’a pas pensé qu’il allait vivre sous leur regard, chaque jour, chaque heure, chaque seconde et qu’il ne pourrait jamais se détendre ni se laisser aller. Un geste déplacé, un mot de travers, une mauvaise réaction risqueraient de donner l’alarme et de tout faire basculer ! Il n’a pas imaginé non plus que Cassiel pouvait cacher un secret monstrueux, et que c’est lui, Chap, qui allait en hériter…

 

Mon avis

À la base, je n’étais pas très enthousiaste à l’idée de lire ce roman. La couverture noire m’indiquait qu’il s’agissait d’un récit de type polar et je ne suis pas très fan de ce genre (j’en ai lu une dizaine, j’ai l’impression de les avoir tous lus, ils me tombent des mains tellement je les trouve prévisibles). C’était sans compter sur une petite libraire que j’apprécie et qui m’a poussée gentiment dans les mains ce livre, en me disant que je ne le regretterais pas. De fait, je n’ai pas été déçue.

Le narrateur, Chap, a pris la place de Cassiel Roadnight, un adolescent disparu depuis deux ans. Il atterrit dans un foyer pour jeunes où les responsables sont frappés par sa ressemblance avec Cassiel. Persuadés d’avoir retrouvé ce dernier, ils contactent sa famille. Chap est dérouté, mais ne les contredit pas et y voit l’occasion d’avoir à la fois une nouvelle vie et une vraie famille. Après tout, il n’a plus rien à perdre. Les retrouvailles se passent bien, mais une série de questions surgissent : comment prendre la place de quelqu’un d’autre sans éveiller de soupçons ? Est-ce que tout le monde croit réellement que Chap est Cassiel ? N’y a-t-il pas des détails qui vont le trahir ? Où est le vrai Cassiel ?

L’usurpation d’identité est un motif qui me semble avoir été usé jusqu’à la corde, avec son lot de situations peu crédibles. Ici, l’auteure arrive à trouver un juste milieu grâce à un personnage angoissé à l’idée que l’on découvre la vérité. Il est très conscient de chaque moment où son secret peut être dévoilé et on avance avec lui la peur au ventre, d’autant plus qu’il imagine les scénarios catastrophes et devient un peu parano, ce qui est compréhensible. Un autre aspect qui transforme cette histoire en récit haletant est le secret caché de Cassiel, que Chap va endosser sans vraiment le savoir. Mais on découvre aussi que les origines de Chap sont mystérieuses. S’ensuit un engrenage qui se resserre de plus en plus et qui nous fait terminer la lecture hors d’haleine.

 

Le +

  • Le suspense haletant.
  • La quête identitaire de Chap.

 

Le –

  • Que Chap arrive à faire illusion si longtemps n’est peut-être pas toujours crédible.
  • Le « happy end », un peu trop guimauve à mon goût (même si on en a quand même un peu besoin).
  • La couverture aurait pu être plus attirante.

 

Le coin des profs

  • C’est un roman avec une structure narrative bien élaborée, une bonne base donc pour étudier le schéma narratif.
  • Le style est travaillé sans poser de trop grosses difficultés de lecture, c’est une bonne référence pour des bons et moins bons lecteurs (chacun peut y trouver son compte).
  • Plusieurs thèmes abordés peuvent prêter au débat : l’usurpation d’identité, la recherche de ses origines, les familles d’accueil, la délinquance, les secrets de famille,…

 

Infos pratiques

  • De 12 à 16 ans
  • L’école des loisirs (collection Médium)
  • 332p.
  • 16,50€
Partager sur vos réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.