La fille sans nom (Maëlle Fierpied)

La fille sans nom (Maëlle Fierpied)

Résumé de l’éditeur

Ballottée de déménagement en déménagement, Camille, quinze ans, ne compte plus les endroits où elle a vécu. Ses parents semblent fuir, mais elle ne sait pas quoi. Tout ce mystère l’étouffe. Et puisque personne ne daigne écouter ses désirs, elle décide de fuguer. Enfin la liberté ! Quand elle aperçoit le petit écriteau déposé par deux marins : « Recherche garçon à tout faire contre gîte et couvert », Camille voit l’occasion idéale de commencer sa nouvelle vie.

Mais ce que la jeune fille ignore, c’est qu’en signant le drôle de contrat que le propriétaire de la péniche lui tend, elle deviendra son esclave… pour l’éternité. Afin de se libérer de l’emprise de son nouveau maître, Camille devra faire face à de nombreux dangers. Au cours de son périple, elle découvrira Éther, un monde de magie qui pourrait bien la révéler à elle-même.

Mon avis

Lorsque Camille fugue pour échapper à ses parents surprotecteurs, elle est loin d’imaginer ce qui l’attend. À la base, elle n’est pas du genre rebelle, mais plutôt passe-partout ; elle s’adapte aux changements imposés par ses parents. Mais elle se sent de plus en plus oppressée dans une vie où elle ne trouve pas sa place, elle décide alors que le grand air est l’unique solution. Son sac sur le dos, elle fugue avec détermination, loin de l’ambiance familiale morose.

Lorsqu’elle voit la petite annonce d’un bateau, elle y voit une chance, se présente à Hélix, le capitaine du navire qui cherche un employé, sans vraiment réfléchir ou se poser de question. Malheureusement, Hélix n’est pas celui que Camille croit. C’est en réalité un mage, qui lui vole son nom et sa mémoire et fait d’elle son esclave pour l’éternité. Bien décidée à retrouver sa liberté, la fille sans nom (c’est désormais comme ça qu’elle s’appelle) va lutter et découvrir Ether, un monde magique peuplé de créatures incroyables dont elle n’a même pas idée… Ether est un univers sombre, peuplé d’êtres effrayants et ravagé par des affrontements. Comment échapper à l’emprise du mage Hélix qui lui a fait signer un contrat maléfique ? À qui se fier dans ce monde magique ? Camille est dans l’inconnu le plus complet…

Le récit nous plonge dans un univers parallèle fait de mages, de sorciers et de créatures impitoyables, un monde qui, sous ses airs de paradis, cache la convoitise, le pouvoir, la fourberie et la guerre. Ether est un monde où les apparences peuvent être trompeuses, où le danger se cache dans les moindres recoins. Dans un premier temps, Camille suit les ordres de son maître car elle n’a pas le choix, mais à partir du moment où sa vie est en danger, la hargne et la colère vont s’emparer d’elle. Elle ne peut compter que sur elle-même et sur ses compagnons de route, deux drogons, Safre et Margoule, qui vont lui être d’une aide précieuse. Entre rêves, rencontres hasardeuses et phénomènes inexpliqués, Camille est loin de penser que ce voyage lui permettra de découvrir qui elle est véritablement.

La fille sans nom est un chouette roman fantastique bien travaillé qui nous emmène dans de nombreuses aventures. Un bon moment de lecture !

Le +

  • J’ai beaucoup aimé le lien privilégié des sorciers avec la nature. J’y ai vu une nécessité de ce lien de l’homme avec la nature face à l’urgence climatique actuelle.
  • La couverture est très belle : les couleurs, la panthère, les signes, le labyrinthe et l’héroïne avec ses cheveux clairs donnent une teinte de mystère au livre.
  • Le récit est rempli de rebondissements, on ne s’ennuie pas, même si le début est un peu lent.
  • L’univers fantastique est riche et bien construit. C’était agréable de plonger dans la guerre des mages et des sorciers.
  • J’ai eu un coup de cœur pour l’oori des sorciers. Une belle métaphore de l’animal de pouvoir du chamanisme qui me plaît beaucoup.

Le –

Les personnages secondaires comme Hélix ou les drogons me paraissent un peu lisses. J’aurais bien aimé voir en eux plus de profondeur, de complexité.

Le coin des profs

Le roman ne présente pas de difficulté de lecture. Si les lecteurs ne sont pas freinés par les nombreuses pages, ils passeront un moment de lecture distrayant dans un univers parallèle fantastique, où on peut lire en filigrane de nombreuses analogies avec le monde actuel (destruction de la nature, guerre à cause de la quête du pouvoir,…).

Niveau de lecture

Intermédiaire

Genre

Roman fantasy

Mots clés

Épreuve, fantastique, magicien, respect de la nature et des animaux, quête d’identité, sorcier, souvenir

Vous aimerez ce récit si vous avez aimé…

La quête d’Ewilan, Pierre Bottero

Infos pratiques

  • À partir de 13 ans
  • L’école des loisirs
  • 512p.
  • 19€
Partager sur vos réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *