Le jour où mon père a disparu (Benoît Séverac)

Le jour où mon père a disparu (Benoît Séverac)

Résumé de l’éditeur

Un homme s’évade de prison. Et soudain un ado voit sa vie bouleversée. Aussi loin que remonte la mémoire d’Étienne, ses parents et lui ont toujours été considérés comme des parias au village. Étienne n’a jamais pu participer aux matchs de foot, aux fêtes, avoir une bande de copains… Le plus difficile pour lui, c’est de ne pas connaître les raisons de cette mise à l’écart. Bien sûr, il sait que ses parents ont milité au sein du Front de libération occitan, mais ils ont toujours défendu la tolérance et l’ouverture d’esprit. Le jour où un ancien membre du mouvement s’évade de prison, le père d’Étienne disparaît. Étienne n’a alors plus d’autre choix que de partir en quête de la vérité.

Mon avis

Etienne a 15 ans et vit dans un petit village de l’Aude, comme ses parents et ses grands-parents avant lui. Il vient d’obtenir son brevet haut la main et espère pouvoir passer un été de rêve surtout si ses parents acceptent de le laisser partir chez Yannis à Bayonne. Yannis est son meilleur ami depuis leur rencontre sur les bancs de l’école, mais comme son père est gendarme, Yannis change régulièrement de ville.

Pour Etienne, si Yannis est son seul ami, c’est parce que sa famille est mise à l’écart du village tels des parias et Etienne ne sait pas pourquoi. Même dans sa famille, il n’a plus le droit de voir ses grands-parents ou ses cousins, tous se détournent de lui. Il subit sans les comprendre les attaques des autres ados, même de ses cousins. À ce qu’il aurait compris, son père et son oncle auraient fait partie du Front de Libération Occitan et cela aurait mal tourné. Son oncle aurait fait de la prison à cause de son père, voilà tout ce qu’il sait.

Un jour, un homme s’enfuit de la prison toute proche, le père d’Etienne disparaît dans la foulée et sa mère s’effondre, il décide alors de mener seul l’enquête, de retrouver son père et de découvrir la vérité que personne ne veut lui avouer. Il va alors découvrir de terribles secrets de famille sur fond de nationalisme…

Benoit Séverac nous livre un roman fort sur les racines et l’engagement pour la culture régionale, un engagement qui se transmet de génération en génération et qui pèse, comme le met en lumière la deuxième partie du roman (le passé rattrape toujours le présent).

Dans ce récit, on réalise aussi que l’amitié est plus forte que les relations de sang. Etienne a plus de liens avec Yannis qu’avec ses cousins du même âge. Yannis, lui, c’est Etienne qu’il connaît, et non pas le fils de son père, alors que les cousins ne voient en Etienne que le fils du traître.

Sur fond de roman régionaliste, Benoît Séverac nous raconte ici une histoire haletante où actions politiques et secrets de famille se combinent dans une atmosphère tendue. Il y a tant de « pourquoi » auxquels on aimerait trouver des réponses et qui nous poussent toujours plus loin dans la lecture. Etienne, à qui l’on a toujours caché un passé obscur, est à l’image du lecteur qui s’interroge, il n’a d’autre choix que d’aller de l’avant pour découvrir enfin la vérité. Son été ne se passera pas comme il l’avait prévu, loin s’en faut, mais il le changera à jamais…

Un chouette roman !

Le +

  • Ce livre est un bon petit thriller avec beaucoup de suspense. Il a réussi à me surprendre en allant plus loin dans les révélations auxquelles je m’attendais.
  • L’image sur la couverture reflète bien le contenu de l’histoire et a un côté intrigant.

Le –

  • L’entrée en matière est assez laborieuse : l’auteur explique le contexte politique dans lequel est baigné le héros. C’est un peu difficile d’accrocher aux 1ères pages…
  • La fin part un peu dans tous les sens, plusieurs thèmes sont abordés superficiellement, mais ça n’enlève rien au fait que l’histoire est assez intéressante.

Le coin des profs

Le récit ne présente pas de difficulté de lecture, mais peut rebuter des jeunes indifférents à la politique. Par contre, il peut attirer les adeptes des secrets de famille…

Niveau de lecture

Intermédiaire

Genre

Récit réaliste (régionaliste)

Mots clés

Identité, famille, filiation, liens du sang vs liens du cœur, nationalisme, politique, racines, secret de famille, vengeance, violence

Vous aimerez ce récit si vous avez aimé…

Ce que diraient nos pères, Pascal Ruter

Infos pratiques

  • À partir de 13 ans
  • Syros
  • 230p.
  • 15,95€
Partager sur vos réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.