Les frémissements du silence (Dominique Zachary)

Les frémissements du silence (Dominique Zachary)

Produits pharmaceutiques, profit, compétitivité, investissements financiers, flux boursiers, nouveaux marchés, courriels, tweets, voilà le quotidien d’Alex, 59 ans, chef d’entreprise. Habitué à diriger son monde, arrogant, cynique, un brin mégalo, il ne s’embarrasse pas d’écouter les autres ou de paraître sympathique. L’empathie ? Connaît pas. C’est un rouleau compresseur. On fait ce qu’il dit. Point. Et on ne le contrarie pas.

Le temps passe, tout fonctionne dans une mécanique bien rôdée, puis sa mère meurt des suites d’une longue maladie. Ayant coupé les ponts avec sa province natale et ses origines modestes, il est embarrassé par cet événement. Il n’est pas triste, il veut juste signer les papiers et organiser des funérailles rapidement pour retourner à son job. À l’hôpital, il rencontre Françoise, l’infirmière en chef des soins palliatifs qui s’est occupée de sa maman. Elle est tout le contraire d’Alex : douce, délicate, expérimentée, empathique, perspicace, elle accomplit son travail avec le cœur et n’est nullement embarrassée par les silences.

Lorsqu’Alex découvre que Françoise peint des portraits à ses heures perdues, il lui demande de peindre le sien. Calmement, Françoise refuse. Elle n’est pas inspirée par le modèle et le lui signifie sèchement. Pour Alex, c’est l’uppercut. Personne n’a jamais osé lui parler comme ça ou lui jeter ses défauts horripilants en pleine face.

Pour lire la suite: https://le-carnet-et-les-instants.net/2020/04/09/zachary-les-fremissements-du-silence/

Partager sur vos réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *